DANS LA MARGE

et pas seulement par les (dis) grâces de la géographie et de l'histoire...

mercredi 9 décembre 2009

P. 206. Sur un tableau noir anar...

.

8 décembre 2009 (Ph. JEA / DR).


MiniMAXIMES II


le tableau noir du ciel
pourrait être infantilisant, primaire et scolaire :
mais il se préfère anar avec
les nuages de craies
les pluies qui jettent leurs éponges
les ponts en tabliers uniformément gris

les buissons brossant les cours de récré.


de la rivière brune
à la brume qui dérive
il n’y a qu’un pas.



le soleil rare
comme un coup de grisou.


Allo, Copenhague ? (Ph. JEA / DR).


les rêves plus vifs
que morts écorchés.



des pierres taillées en arêtes
et restées comme des confidences
plantées
dans la gorge de l’horizon.



quelle est la nationalité
de cet arbre passager clandestin
et qui harangue harassé

les passants planants ?

Route de Rethel (Ph. JEA / DR).


le pogrome de l’automne
prend fin
qui a mis au tapis
tant de feuilles mortes
au moins de peur.



à la vérité
les solitudes fermentent



poussières d’hier
revenants du présent
épures du futur


Cliché pris au vol (Ph. JEA / DR).


27 commentaires:

brigetoun a dit…

j'aime les pierres dans la gorge de l"horizon (hum j'ai l'air cruelle)

jedaen a dit…

c'est la poésie magnifique.
merci.
le ciel saigne.
Je veux réparer les choses entre moi et votre journal.Quand je suis venue à votre journal, j'admets j'ai lu la poste vite et je suis allée sur une tangente de pensée quand j'ai dit que la souffrance de la bombe de nagasaki était plus grande que la totalité du holocaust,je voulais dire la souffrance de la radioactivité qui continue aujourd'hui même,je voulais dire c'est important de reconnaitre toute la souffrance de la guerre mais j'aurais du concentré sur votre poste.

Je n'avais pas l'intention de diminuer l'importance de la souffrance des juifs en allant sur cette tangente.

J'ai souffert comme beaucoup de personne sur cette planète au sujet du holocauste c'est trop longue d'expliquer..

Mais en tout cas vous avez un magnifique blog et j'ai beaucoup de respect pour votre travail.

La souffrance des juifs et les faits du holocaust ne devrait pas être oublier.Si c'est oublié c'est comme oublier toute la souffrance de l'humanité.Et c'est grace au personne comme vous les historiens qui les gardent vivant.

Belle journée, merci.

jedaen a dit…

j'espère que cela répare les choses parceque j'aimerais beaucoup revenir à votre blog des fois et ce n'est pas la même chose si je ne peux pas laisser les commentaires et ou si je ne suis pas bienvenu.

ok belle journée.
hugs.

JEA a dit…

@ brigetoun

Vous cruelle ?!?
Ni barbare, ni féroce, ni impitoyable, ni inhumaine, ni sadique ni anguinaire, ni brute, ni ogresse, ni acharnée...
Ecrivain(e), là, oui !

JEA a dit…

@ jedaen

Plutôt que le terme d'holocauste, personnellement, je retiens celui de Shoah.
Parce que l'holocauste appartient au vocabulaire religieux. Or tous les juifs devaient être exterminés systématiquement, qu'ils soient de religion israélite ou non.
Shoah : la catastrophe inimaginable jusque-là, traduit, me semble-t-il, plus précisément le judéocide.
Sinon, ce blog est ouvert. Mais vous n'y lirez jamais sous ma plume un indécent palmarès entre les victimes de génocides, de crimes contre l'humanité, de crimes de guerre...

zoé lucider a dit…

"quelle est la nationalité
de cet arbre passager clandestin
et qui harangue harassé
les passants planants ?"
Je le prend pour une offrande et vous l'emprunterais, vos minimaximes sont des bijoux mais discrets, de ceux que l'on porte caché sous un chandail

claire a dit…

"Poussières d'hier, revenants du présent, épures du futur" Ah! si j'avais de la mémoire... quelle délicatesse dans vos mots et vos photos sont découpées avec la même justesse ! (J'adore aussi les statuettes egyptiennes, gardiennes de votre bibliothèque ;-))
Pensez-vous à une impression sur 'papier' de vos petites merveilles ?

JEA a dit…

@ à zoé lucider

vous savez bien sûr que le "chandail" trouve son origine dans cette spécificité : vêtement de laine que portaient les mar-chand-s ambulants d'-ail-...
et donc diablement pull parfumé (par ici, l'ail fumé est une spécialité qui embaume nos cuisines)
croyez bien l'arbre clandestin, vous ne l'empruntez pas mais le recevez avec toute ma sympathie

Elisabeth.b a dit…

Sur la route il y a un arbre, un arbre tout courbé
Tous les oiseaux de cet arbre se sont envolés...


Votre arbre en appelle d'autres. De ces 'arbres qui pleurent aussi'.

JEA a dit…

@ claire

il y a de l'éphémère et du spontané dans un blog
mais devant une insistance certaine et plurielle, je n'improvise plus directement les "poèmes" et passe par une feuille de brouillon (mais pas de culture) qui pourrait être replantée...

JEA a dit…

@ Elisabeth.b

- "On dit souvent que les arbres nous empêchent de voir la forêt ; il est tout aussi juste de dire qu'on ne voit pas les arbres à cause de la forêt."
Ilya Ehrenbourg

frasby a dit…

C'est somptueux ! (Vous mériteriez une ode ;-) tout est d'une limpidité, d'une douce violence aussi. J'aime particulièrement cette "fin" qui tourne à l'infini. Et toujours vos photos sublimes... Il est très beau ce rayonnage, gardé par un chien, (peut-être un loup ?). Cette photo dans la photo... Vous êtes un vrai compositeur, JEA.

JEA a dit…

@ frasby

laissons les odes aux dieux...

lui, préférant une bibliothèque à une niche même de riche, me suit depuis une brocante dans une rue de village ardennais (avec un trombone, les deux en harmonie inattendue et aucun(e) passant(e) pour émettre des réflexions pénibles)

jedaen a dit…

merci JEA pour le beau commentaire.
belle journée.à la prochaine.

JEA a dit…

@ jedaen

La prochaine (sauf problème technique imprévu), c'est une page nomade de Dame Clopine...

Tania a dit…

Pause bienfaisante ici entre mots et clichés sans clichés.
N'oubliez pas que si vous avez envie de jouer vous-même les nomades, une page de Textes & Prétextes vous est ouverte - pour d'autres maximes poétiques? pour présenter les écrits de Charlotte Delbo? - quand vous voulez.

JEA a dit…

@ Tania

Dès que je me sens capable de franchir le pas...

Saravati a dit…

Des pensées comme des clins d'oeil métaphoriques, sur fond de tableau noir éclairé de petites étincelles intelligentes.
Vos photos sont superbes, et la composition du chien sphynx (?) veillant sur la culture des mots me plaît particulièrement.
Faudra peut-être penser à agrandir la bibliothèque, le temple ne risque-t-il pas de s'écrouler ?

JEA a dit…

@ Saravati

Après avoir vainement tenté de dénicher une caméra cachée (il paraît que les blogs génèrent la paranoïa), il me faut rendre à cette évidence : vous êtes extra-lucide...
Ici les bouquins composent des mille-feuilles (enfin presque) jusque sur les marches d'escalier.

Saravati a dit…

JEA
Paranoïa ? A qui le dites-vous ? Ce matin, en ouvrant ma messagerie, j'ai reçu un courrier étrange d'un apprenti-psychanalyste qui me donne des conseils de lecture, cela me laisse perplexe : suis-je à ce point transparente ou souhaiterait-on que je le fusse ?
Chaque mot que nous écrivons nous condamne à un bûcher !

JEA a dit…

@ Saravati

Il est vrai que les inquisitions se renouvellent mais les rési-stences aussi...
et si chaque mot que nous écrivons, faisait tout autant des bonds (vivants) en apesanteur loin des boniments ?

Elisabeth.b a dit…

Ici les bouquins composent des mille-feuilles (enfin presque) jusque sur les marches d'escalier.

Merci JEA pour cette précision. Je m'inquiétais en déchiffrant les annonces de mon échelle de Beaufort des livres. Pardonnez-moi ce mot affreux : mais je me sens plus normale. Je peux chanter à tue-tête

V'la l'bon vent
V'la l'joli vent ♪♪♪

Savarati même Amazon-livres suggère des titres pertinents. Déductions intelligentes ne sont point boule de cristal (de Bohême je l'espère, comme l'enfant du même nom).

Saravati a dit…

@Elisabeth
Je crois que je me suis incomplètement exprimée, ce monsieur (au demeurant fort sympathique) fait référence à une lecture de mon blog qu'il a connu parce qu'il a rencontré un de mes enfants qui se trouve à l'étranger en ce moment, il a certainement discuté ferme au sujet de mon "profil" ! Je sais que ça part d'un bon sentiment mais ce genre de situations me laisse perplexe.
C'est vrai que s'engager à écrire sur le net de manière personnelle est aussi une façon de se dévoiler ou de donner l'impression à l'autre que l'on se dévoile et la frontière entre deux est ténue !
Vous aimez les jardins et moi, quelque part, je cultive les jardins secrets !

jedaen a dit…

@JEA pour réagir à votre commentaire oui la technologie c'est une voie précaire mais vous êtes magnifique conductrice.regarde ma ceinture de sécurité est attaché- alors allons nous à un autre chef-dœuvre!!!

JEA a dit…

@ jedaen

confirmation : plus qu'une fois dormir et Dame Clopine ouvre ici une page nomade...

Anna de Sandre a dit…

Quand je vous lis, JEA, je voudrais être Anar de Craie.

JEA a dit…

@ Anar de craie

et la craie(pé)pite d'or