DANS LA MARGE

et pas seulement par les (dis) grâces de la géographie et de l'histoire...

dimanche 30 mai 2010

P. 289. L'expo que vous verrez pas à Amiens (Somme)

.

Léo Kouper : affiche de l'exposition "Pour adultes seulement" à Amiens (DR).

Amiens réinvente l'enfer
pour une somme de dessins
adultes non admis


AFP :

- "L’exposition « Pour adultes seulement » sous titrée « Quand les illustrateurs de jeunesse dessinent pour les grands » et qui devait être présentée à Amiens, à la Bibliothèque départementale de la Somme du 19 mai au 19 juillet 2010, a été annulée par le président du Conseil général, Christian Manable (PS)."

Christian Manable, président du conseil général :

- "J'ai en effet annulé - et si l'on veut employer ce mot, censuré - cette exposition. C'est en pleine conscience que j'ai pris cette décision, car j'ai estimé que certains dessins étaient vecteurs d'une image dégradante de la femme et je refuse que la collectivité départementale soutienne une telle approche de la sexualité, qui me semble opposée à nos valeurs d'émancipation.

(…)
Certaines images ne permettent pas de faire la distinction entre femme et enfant et nous ne tenons pas à ce qu'on nous fasse de mauvais procès."

David Andrieux, directeur du développement culturel au conseil général :

"Cette exposition avait reçu l’aval du département, mais le président a pris la décision de l’annuler quand il a découvert l’ensemble de son contenu. Il lui a semblé que le rapport entre les œuvres érotiques et leurs auteurs, spécialisés dans l’édition de livres pour enfants, produisait un effet miroir inopportun.
(…)
Dans ce département, où il y a beaucoup à faire dans le domaine social et où la question de la pédophilie est un sujet extrêmement sensible, il nous a semblé, en tant que collectivité publique, que nous ne devions pas promouvoir cette exposition amenée à circuler dans le réseau des bibliothèques du département, et donc visible par tous les publics.
(…)
Ni la qualité des œuvres ni le travail accompli par la commissaire de l’expo ne sont remis en question."

Daniel Muraz :

- "Ces dessins « Pour adultes seulement » qui auraient dû être exposés à la bibliothèque départementale de la Somme - avant intervention à la dernière minute du président du conseil général - méritaient-ils de connaître un tel enfer (celui où, justement, les œuvres licencieuses sont cachées dans les bibliothèques) ? Au vu du catalogue, la mesure laisse perplexe.
(…)
Ni la majorité du conseil général, ni son président n'ont jamais fait montre jusqu'ici d'une particulière pudibonderie ou de pressions sur les artistes (a contrario, en terme de liberté d'expression, le Département a soutenu, par exemple, le festival de cinéma grolandais !)
Si Christian Manable a préféré annuler l'expo par crainte « qu'on nous fasse de mauvais procès », le résultat est loin d'être atteint. Et ce n'est pas la nature de ses premiers soutiens, à l'extrême droite, qui devrait le consoler."
(Le Courrier picard, 29 mai 2010).

Observatoire de la censure :

- "Surprenant cadeau pour Hervé Roberti, conservateur en chef, en poste depuis quinze ans, à quelques semaines de son départ en retraite. Une immense marque de respect pour tout le personnel qui travaille sur l'exposition depuis un an, et particulièrement pour Janine Kotwica, commissaire de l'exposition. Elle qui, précédemment, avait contribué à la mémorable exposition Le Cochon, portrait d'un séducteur, ne s'attendait pas une telle décision. Spécialiste du livre jeunesse, elle avait proposé à des illustrateurs, travaillant pour la jeunesse, de dessiner cette fois-ci "pour les grands". 26 dessinateurs avaient répondu "présent", et pas des moindres: Gilles Bachelet, Michel Backès, Christophe Besse, Michel Boucher, Nicole Claveloux, Jean Claverie, Frédéric Clément, Isabelle Forestier, Claire Forgeot, André François, Alain Gauthier, Bruno Heitz, Louis Joos, Lionel Koechlin, Léo Kouper, Georges Lemoine, Daniel Maja, David Merveille, Alan Mets, Jean-Charles Sarrazin, Marcelino Truong, Tomi Ungerer, Zaü, Albertine Zullo. Certains avaient même fait des dessins spécialement pour l'exposition. Prudente, la commissaire avait fait un choix parmi les dessins pour adultes de Tomi Üngerer, pourtant visibles dans une salle du musée de Strasbourg. L'exposition Pour adultes seulement avait lieu dans une bibliothèque départementale, lieu que ne fréquentent pas les enfants."
(25 mai 2010).

Janine Kotwica au président du conseil général :

- "J’ai appris avec une stupeur vite remplacée par la colère votre décision arbitraire, inique, absurde et ridicule d’interdire l’exposition Pour adultes seulement, sélection bon enfant de dessins, gravures et peintures gentiment érotiques d’illustrateurs, pour laquelle j’ai eu une commande écrite, en date du 14 janvier 2009, émanant de Hervé Roberti, Conservateur en chef de la Bibliothèque départementale de la Somme.
J’ai travaillé d’arrache-pied au commissariat de cette exposition à laquelle 25 artistes, qui publient dans le monde entier, ont prêté ou réalisé spécialement des oeuvres et pour laquelle Léo Kouper, affichiste de grand renom, a réalisé cinq projets. Nous les avons, le 17 février 2010, soumis à votre Directeur du développement culturel qui a conforté (avec un enthousiasme, sincère, m’a-t-il semblé) celui que nous préférions, plébiscité aussi par tous ceux que nous avions consultés. Il a exprimé également, mais il ne pouvait en être autrement étant donnée leur exceptionnelle qualité, son admiration pour les originaux que j’avais apportés.
J’ai eu un deuxième entretien cordial avec David Andrieux, en présence de deux autres collaborateurs, la semaine dernière. Rien ne laissait présager alors votre oukase qui m’a laissée dans un état proche de la nausée. Si cette exposition heurtait votre délicatesse, vous aviez largement le temps d’arrêter les frais, à tous les sens du mot, beaucoup plus tôt. Cette interdiction, à 11 jours de l’ouverture, est une faute et une vilénie.
(…)
Vos conseillers fréquentent-ils parfois les musées et expositions ? Dans une époque où la burqua fait débat, ne seraient-ils pas tentés de voiler, au Louvre, la nudité de la Vénus de Milo, d’occulter, à Orsay, L’origine du monde, et dans nos mairies, de cacher le sein qu’ils ne sauraient voir de notre jolie Marianne ? Avec nos petits dessins bien anodins, nous sommes loin de Lucian Freud ou de Bettina Rheims exposés en ce moment avec succès à Paris. Tartuffe était-il picard ? Voulez-vous donner l’image d’une province ignare et rétrograde ?"


Eve en tenue d'Eve et Adam, impossible de les confondre. A censurer car exposés au public et autres fidèles de la cathédrale d'Amiens ? (Arch. JEA / DR).

Pour répondre au commentaire déposé par Zoé, voici un lien vers la reproduction d'une oeuvre signée Alain Gauthier, laquelle a le plus entraîné l'ire du président du conseil général. Mais a été néanmoins publiée par un quotidien... Puis Le Monde himself qui a soulevé quelques voiles...
Cliquer ici : Courrier picard.
Et ici : Le Monde.


21 commentaires:

brigetoun a dit…

Nous sommes en des temps de haute moralité, voyons, c'est tellement évident - le grotesque de cette censure !

MARIE a dit…

Le censeur Manable est minable ... on étouffe l'art et on le lapide ....
Merci pour ce billet ...

JEA a dit…

@ brigetoun

Ce qui laisse perplexe : ce sont des hommes qui malmènent l'expo au nom notamment du respect de la femme...
tandis que ce sont des femmes qui, au contraire, l'ont organisée et la défendent...

JEA a dit…

@ Marie

Voilà encore un triste dérapage que la censure de cette expo, et hélas, question dérapage vous savez que les conséquences sont à long terme...

Chr. Borhen a dit…

Très cher JEA, vous êtes lamentable. Et irrécupérable. Je vais donc illico me fendre d'un courriel à l'adresse de Monsieur (Madame ?) Blogspot pour qu'il vire votre blog de nos écrans fatigués. Ceci est un premier et dernier avertissement. Et je me demande même si je ne vais pas prévenir la HALDE (garderie).
Adieu.

D. Hasselmann a dit…

Christian Manable a réussi à se faire un nom parmi la cohorte des censeurs de tous poils...

Son appartenance au PS, si la responsable de ce parti se tenait au fait des choses de la culture, devrait être immédiatement suspendue.

Qu'en pense Jack Lang ?

Quant à la cathédrale d'Amiens, cher JEA, dont votre oeil (on connaît son histoire) nous montre sans précaution un détail concupiscent, il faudrait la transformer sans délai - après l'avoir débarrassée de ses ornements pornographiques - en siège local du PSCLBM ("Parti susceptible concernant les bonnes moeurs").

Après "Arrière, Staline" : "Arrière, Satan" !

JEA a dit…

@ Chr. Borhen

Dans votre générosité sans borne, n'oubliez pas, je vous prie, une copie pour Rivarol...

JEA a dit…

@ D. Hasselmann

Evidemment tout qui tente péniblement d'échapper au labyrinthe de cette cathédrale, ne peut avoir les yeux levés vers une statuaire parfois sans suaire...

Vérité a dit…

Tous des hypocrites ces inquisiteurs et "grenouilles de bénitiers".

zoé lucider a dit…

Ce serait bien que les oeuvres imputées soient photographiées et circulent sur un site réservé afin de nous permettre de juger sur pièces. Ils deviennent fous ces zélés zélus

MH a dit…

Les deux dessins présentés sont charmants et n'ont rien de choquant... c'est absurde quand on pense toutes les crasses qui s'offrent (ou s'imposent) aux enfants sur le web !

La Feuille a dit…

Entre une gauche pudibonde et une droite qui se gargarise de morale de catéchisme, nous voilà bien mal barrés. Le coin du voile soulevé en ces lointaines années 68 retombe lentement. Quand le thème du terrorisme commencera à fatiguer les foules, il sera toujours temps de ressortir les bons vieux démons d'antan et de lutter contre la dégénérescence morale que l'on pourra imputer à qui l'on voudra. Il est des domaines (commerciaux) où l'on ne se soucie que fort peu de l'image que l'on donne de la féminité. Je connais certaines œuvres de Tomi Ungerer par exemple, dans le domaine du dessin érotique... C'est souvent marrant, ce n'est pas toujours ma tasse de thé mais il n'y a pas de quoi fouetter un député avec un chat à neuf queues.

JEA a dit…

@ Vérité

Mais dans ce cas précis, la diabolisation de cette expo est l'oeuvre d'un élu de gauche (ce qui ne préjuge évidemment pas de ses choix philosophiques et/ou religieux).

JEA a dit…

@ Zoé

Vous imainez si avant de publier cette page, j'ai tenté de ne pas être limité aux avis des deux partis en présence...
Quand j'ai vu l'oeuvre la plus "scandaleuse", il n'y avait plus photo pour départager les deux camps.
Les cris indignés : "atteinte à la dignité de la femme", "pédophilie" ne sont que des (bour)soufflés.
Mais vous avez raison, j'ajoute un lien au bas de l'article. Pour ouvrir toutes grandes les portes d'un enfer ridicule.

JEA a dit…

@ La Feuille

Nous ne portons évidemment pas de lauriers. Et ne sommes pas du genre à tenter de nous reposer sur notre passé.
Mais si le monde que nous laissons aux petits enfants a très très très légèrement progressé depuis nos propres cris puérils, presque tout semble devoir être sans cesse redéfendu, rebarricadé...
NB : Pour l'érotisme, j'en suis encore à Félicien Rops, un "pays". On vient d'ailleurs d'en voler une série d'oeuvres, ce qui prouve que pas plus que son copain Baudelaire, il n'est oublié...

Saravati a dit…

Je ne comprends la démarche initiale : où l’on demande à des illustrateurs pour enfants de dessiner pour les adultes où on ne leur demande rien parce qu’on n’a pas confiance dans leur faculté de discernement.
Qu’ont cru les décideurs : qu’ils pouvaient imposer implicitement aux dessinateurs des couloirs de moralité où se mouvoir sous prétexte que ces illustrateurs sont spécialisés dans la littérature de la jeunesse ?Quel intérêt auraient-ils si c’est pour traiter des sujets de la même manière que s’ils s’adressaient à la jeunesse ? Que l’on prenne des précautions pour empêcher l’accessibilité de l’expo aux jeunes, c’est normal (tout en sachant qu’à la télé, sur internet, dans la société, les jeunes sont confrontés à des images de violence, d’érotisme sans même que les parents soient toujours au courant !)
Si des précautions devaient être prises, elles devaient l’être au cours de la démarche de création,(et encore, là se pose le débat sur la liberté de création) pas à la veille de l’expo quand le travail est terminé et en commun accord avec les artistes, ces artistes qui auraient du être invités à donner leur point de vue durant l’expo en justifiant leur choix s’il le fallait.
Finalement, on considère les artistes comme des déviants et le public comme des demeurés !

JEA a dit…

@ MH

C'est la lutte des crasses...

JEA a dit…

@ Saravati

Je me mords les doigts de ne pas avoir écrit une conclusion qui arrive à la cheville (ouvrière ?) de la vôtre !

Saravati a dit…

@ JEA
Mais, non, JEA, vous savez bien que tout est question de stimuli !

(dans ma première phrase, il faut lire, bien sûr : Je ne comprends PAS la démarche initiale. Rien ne sert de courir sur le clavier, il faut ménager les touches !)

Danièle Duteil a dit…

Le peu que j'en ai vu me paraît plein d'humour et bourré de talent.
Superbes, le pinceau pubien et le petit train.. Tut ! tut !

JEA a dit…

@ Danièle Duteil

C'est le train d'une ceinture mais pas de chasteté...