DANS LA MARGE

et pas seulement par les (dis) grâces de la géographie et de l'histoire...

mercredi 26 mai 2010

P. 287. Bosmont-sur-Serre (Aisne)

.
Au sud de la Thiérache et de sa prolifération d'églises fortifiées : le val de Serre avec les édifices militaro-religieux de Cilly, de Bosmont, de Tavaux et d'Agricourt.
Carte d'après : Sur une frontière de la France. La Thiérache. Aisne, Textes, Photographies et Cartographie sous la direction de Martine Plouvier, Association pour la généralisation de l'Inventaire régional en Picardie, 2003, 287 p. (Montage JEA / DR).

Saint-Rémi à
Bosmont-sur-Serre :
une douzième étape
sur le chemin
des églises fortifiées

Bosmont-sur-Serre ? Dans l'Aisne de la France, sur la D 58 entre Marle et Montcornet. Marle n'est pas loin d'une sortie d'autoroute partagée avec Laon. Montcornet a gardé le souvenir d'un de Gaulle ordonnant à ses blindés de ne pas plier devant la poussée des Allemands balayant tout devant eux depuis la percée de Sedan.

Le village ne couvre pas 10 km2. Un peu plus de 200 habitants y vivent au vert (les statisticiens se déchirent entre 200, 203, 207 et 209 âmes, ce sont aussi les choses de la vie).

D. 51 (Ph. JEA / DR).

Après avoir nagé dans le colza odorant, descente vers la vallée et Bosmont.
Cette interdiction plantée sur une rive ?
Pour les limaces et les va-nus-pieds ?
Les campagnoles et les nuages ?
Les corneilles et les racines de chardons ?
Les médusés et les rats des champs ?

L'église Saint-Rémi et son parterre de tombes (Ph. JEA / DR).

Monuments historiques :

- "L'église offre la particularité, parmi les églises du Marlois, de juxtaposer un clocher en brique, qui rappelle les clochers fortifiés de Thiérache édifiés au milieu du 16e siècle, à de très importants et remarquables éléments des 12e-13e siècles (nef et choeur).
La qualité de la facture et de la modénature des structures médiévales (bandeau décoré de pointes de diamants, portail sud à linteau en bâtière et voussure ornée à un rang de bâtons brisés), est renforcée par l'intérêt de la charpente de la nef, qui conserve de notables éléments de sa structure primitive. Le vestibule est orné de curieuses inscriptions commémorant certains épisodes de guerres de Religion."

NB : Pour vous éviter le recours au poids écrasant d'une collection de dictionnaires, il sera précisé que "la modénature" correspond au profil des moulures.


Porche avec un Saint-Rémi impavide (Ph. JEA / DR).

Ce saint me poursuit à sa façon.
En effet, c'est dans un collège portant son nom que j'ai été invité à proposer le plus grand nombre de conférences dans le département contigu des Ardennes. Leur travail pédagogique sur le Shoah s'est étendu sur plusieurs années scolaires. Et donc des promotions de jeunes s'y succédent et tous, semble-t-il, présentent ce point commun de vouloir comprendre sans anachronismes ni discours préfabriqués.
Mais nous voici loin de Bosmont et de sa Serre...


Clocher de briques avec ses motifs géométriques. Voilà qui nous ramène à des balades anciennes sur ce blog (Ph. JEA / DR).

Plaçant la pointe de votre compas sur le clocher de Saint-Rémi, vous allez tracer une circonférence passant par :

le Coquelet,
les Trois Cerisiers,
le Bois des Renouarts,
le Cerisier Colas,
le Tournant,
les Croyons,
le Bois de Rary,
le Mont Revers,
le Chemin Blanc,
le Buisson de Voljay,
la Maison Rouge,
la Fosse Galloise,
la Grande Bosse.


Dans le cimetière : une clef des songes (Ph. JEA / DR).

Seul écho déniché dans la presse régionale : "les os bougent"...

- "Le village de Bosmont-sur-Serre, entre Marle et Montcornet, ne compte que quelque 200 âmes, mais les tensions y sont vives.
Dernière polémique en date, de la terre du cimetière qui a servi de remblai sous un préau d'Abribus ainsi que dans un terrain. Le problème c'est que celle-ci, récupérée après le creusement d'un caveau, contenait plusieurs ossements, des restes humains assurent certains. Ils ne comprennent pas comment on a pu étaler ces os à un endroit fréquenté par les enfants. Pour eux, « il y a là, un total irrespect des défunts. La moindre des choses aurait été de mettre les os de côté, puis de les remettre en terre aussitôt. En outre, tout le monde sait ici qui est enterré là où ils ont creusé. Il s'agit d'un ancien ouvrier agricole. Du coup, l'émotion est encore plus vive. »
Une pétition a été lancée, hier matin, et des courriers adressés à la préfecture.
Pour le maire cependant, il n'était évidemment pas question de laisser les os en ce lieu. « Quand on a creusé, on est tombé dessus, alors qu'aucune concession n'était signalée entre ces deux tombes. C'est un cimetière qui a une dizaine de siècles. Des os, il y a en a partout. Ils bougent sous terre au fil du temps. J'ai demandé aux employés d'étaler la terre sous le préau le temps qu'elle sèche. Il était prévu qu'on ratisse ensuite pour enlever les os », assure Gérard Pennes, élu maire lors des dernières élections.
Hier après-midi, le « ménage » a, du reste, été fait.
« C'est le résultat de la pétition qui circule, il a eu peur… », affirment certains.« Ils savaient bien qu'on allait les enlever », rétorque le maire, « c'est juste de l'animosité. On a remis les os là où ils ont été déterrés. Nous n'avons pas encore d'ossuaire. Nous faisons justement un inventaire du cimetière pour en créer un. »
(Yan Le Blévec, L'Union, 12 septembre 2009).


Beuquette face au cimetière et aux conflits sur "les os qui bougent" (Ph. JEA / DR).

Derrière ses murs, le château des de la Tour du Pin :

- "La découverte du domaine de Bosmont est une invitation à un parcours où se mêlent histoire et nature. Le parc, le potager, le château, ses communs et sa ferme, forment un ensemble dont la préservation est le résultat de trois siècles d'efforts et de passion.
Le soin apporté au Parc et Jardin de Bosmont, traduit notre volonté de donner aujourd'hui à un ensemble classé à l'Inventaire des Monuments Historiques, un environnement végétal contemporain. Vous garderez du Domaine de Bosmont l'image d'un site préservé où le temps est célébré par les arbres centenaires comme par le renouveau du potager entièrement redessiné en l'an 2000."
(Présentation par les propriétaires).


Ouverture à partir de juin.


La gare de Bosmont (Ph. JEA / DR).

Abri du Kaiser :

- "Cet abri allemand en béton armé, situé dans un champ à cent mètres à l'ouest de la gare de Bosmont, aurait abrité à plusieurs reprises le Kaiser Guillaume II, dont le train impérial était garé tout près, sur une voie spéciale. Enfoncé dans le sol de trois mètres environ, il est aujourd' hui entièrement envahi par la végétation, et invisible."
(Monuments historiques).
Aujourd'hui inaccessible mais couvert de marguerites, cet abri est néanmoins classé par arrêté depuis décembre 1921.

Plus de rails devant la gare de Bosmont. Plus de patron Dion ni de clientèle au café (Ph. JEA / DR).

Mémento
Construit en 1908
Détruit en 1918
Reconstruit en 1928
Vive la Paix !
Si vis pacem, para bellum
Victima.dixi.E.Dion

A noter qu'une consultation des archives municipales de ces communes de l'Aisne et des Ardennes confirme combien la lenteur dans le versement des dommages de guerre après 1918, a été péniblement vécue par les victimes civiles. 1918-1928 : dix années pour relever des murs... Et les élus de remuer ciel et terre des cantons et des départements pour tenter de ne pas laisser la population dans des conditions trop précaires.


Le long de la Serre, en route pour Tavaux-et-Pontséricourt. Pour lui rendre sa dimension, cliquer sur le paysage (Ph. JEA / DR).

13 commentaires:

brigetoun a dit…

ne pas fouler les champs - ça semble une bonne idée, non ?
et le chant des briques que vous nous faites découvrir jusqu'à me convaincre presque passe pour moi la sudiste après le charme du porche et de ses discrets mais fermes ornements -
Bon, je plaisante mais j'aime cette façon de découvrir, assise tranquillement en vous laissant le soin de l'exploration

MH a dit…

Cette histoire "d'os qui bougent" (encore une ;-), le clavecin tombal, ce Saint-Rémi "impavide", le sens unique du sens unique, ajoutez à cela la vidéo de Jack Potman qui apparaît dans le coin gauche de l'écran et cette chanson de gogo devant la cathédrale qui, pur hasard, s'est enclenchée au clic du paysage... l'ensemble m'a fait rire, ce n'est pas bien je sais.
Cela ne m'a pas empêchée d'admirer vos splendides photos. Merci !

JEA a dit…

@ brigetoun

Question exploration, je ressemble furieusement à un petit poucet en comparaison avec les découvertes quotidiennes de votre blog...

JEA a dit…

@ MH

Quand vous cliquez sur le paysage, une page de pub pirate vient s'imposer ? Oula... Aux alarmes citoyens.
je vais vérifier de ce pas cette intrusion rocambolesque.

D. Hasselmann a dit…

Motifs géométriques des briques de l'église : cela ne pouvait s'apercevoir à l'oeil nu, mais seulement à l'oeil habillé d'un objectif photographique...

Celui qui sait (le vôtre, donc) détecter le détail dans l'ensemble, la trace dans le passé, l'empreinte dans une croix, la terre dans son retournement et le ciel dans sa progression.

Panorama paysager et historique dont vous avez le secret !

JEA a dit…

@ D. Hasselmann

Sur le clocher, ce qui m'a laissé pantois, c'est l'horloge...
Dans la région, il fallut les remplacer après la guerre de 14-18 et les registres municipaux attestent des cheveux arrachés sur la tête des élus pour qu'ils épongent cet achat onéreux. Alors que pour changer, Paris avait promis puis ne respectait pas les délais...

anita a dit…

Merci pour la balade. Le nombre d'âmes de Saint Rémi tient-il compte des variations saisonnières, de la Controverse de Valladolid, ou même du Concile de Mâcon?
En tous cas, votre billet porte la vague à l'âme et l'âme au voyage.

JEA a dit…

@ anita

Grâce au non surpeuplement, le coin se prête à l'une ou l'autre sieste presque digne de votre blog...

Danièle Duteil a dit…

Beaucoup d'émotion à la lecture de cet article sur le petit village De Bosmont. Me revient à la mémoire cette région que j'ai un peu parcourue pendant l'enfance.
Clavecin en accompagnement...

Saravati a dit…

Merci de cette belle mise au vert ponctuée par le chant des pierres à qui vous donnez si bien ici l'occasion de s'exprimer !

JEA a dit…

@ Daniel Duteil

Sans trop s'avancer, il est permis de supposer que ce village de l'Aisne n'a guère changé de visage depuis l'époque de votre Père...

JEA a dit…

@ Saravati

Vous êtes passée à blogspot. Avec l'espoir que vous n'êtes pas déçue d'avoir franchi ce Rubicon-là...

Saravati a dit…

@ JEA
Pour vous dire toute la vérité, je nage entre deux eaux, donc pas de regret, puisque pas de choix définitif. Blogspot est d'usage courant plus facile et puis, vous arrivez à le lire sans mettre de triples foyers !