DANS LA MARGE

et pas seulement par les (dis) grâces de la géographie et de l'histoire...

mardi 4 mai 2010

P. 278. Absence


Il fut un temps pas si lointain où s'envoyaient des télégrammes...



Boucherie Bébert, Hirson (Ph. JEA / DR).

- "Adieu (provisoirement) veaux, vaches, cochons, couvées et boucher-philosophe-poète. PAS STOP. Pars pour St-Amand-Montrond. STOP. Voir nombril de la France. STOP. Et répandre cendres sur Papon, complice de crimes contre l'humanité. STOP ?"

Crépuscule (Ph. JEA / DR).

- "Rideaux refermés sur ce blog. STOP. Juste le temps d'un petit manque. STOP. Les arbres poussent heureusement sans nous et toujours plus haut. STOP."

Eglise de Liart (Ph. JEA / DR).

- "Pas de clefs pour déchiffrer ce blog. STOP. Mais en mon absence, les serrures auront des idées noires. STOP. Si pouviez temps en tant jeter coup d'oeil pour les distraire. STOP."

Signy-le-Petit (Ph. SC-JEA / DR).

"Zut. STOP. Ai oublié fermer les eaux. STOP. Encore des histoires en perspective. STOP."

Foulzy (Ph. JEA / DR).

- "Ai laissé avec regret beuquette en Ardennes. STOP. Elle est souvent confondue avec la boîte aux lettres. STOP. Et vice versa. STOP. Si vous passez, parlez-leur, c'est si rare pour elles. STOP."

Meilleures (?) pensées (Ph. JEA / DR).

- "Fleurs arrosées avec complicité des nuages. STOP. Au début, vont tourner un peu en rond puis se faire à cette absence. STOP. Eviter les cueillir sauf motif inavouable. STOP."


Saut de haie par la lune (Ph. JEA / DR).

- "Partir c'est dériver un peu. STOP. Ne vous enverrai pas cartes postales. STOP. Trop peur de tomber encore sur Papon embaumé avec légion d'honneur. STOP. Mais rapporterai des orages. STOP. FIN ?"


12 commentaires:

brigetoun a dit…

bon voyage stop - la pluie vous suit stop

JEA a dit…

@ brigetoun

Merci. STOP. ai pris habit scaphandrier.STOP

Dominique a dit…

Nous tâcherons de supporter l'absence et le manque STOP on s'habitue très bien aux billets passionnants STOP bonne pause

La Feuille a dit…

Mai fait strictement ce qui lui plait, en l'occurrence enfiler le manteau du père janvier. D'habitude c'est un bon moment pour voyager : il y a deux ans nous profitions du soleil en Irlande. Mais là c'est bien tristounet des Ardennes aux Monts ronds du Massif centalien. Bon voyage en tout cas, il y a de belles choses à faire en intérieur (intérieur de soi ? intérieur de soie ? Intérieur de choix ? Nul ne sait).

Saravati a dit…

Jamais reçu autant de télégrammes à la fois. STOP. Ai fait développer les photos. STOP Toutes emballées de beauté.STOP. Les oiseaux chantent, je vous les envoie en éclaireurs. STOP.

Ah, l'époque où l'on ânonnait les textes de télégramme au téléphone !
Si vous êtes parti, n'oubliez pas les petits cailloux ...

zoé lucider a dit…

Ne partez pas trop longtemps, stop. Merci pour les fleurs et la lune stop. Prendrai soin de rendre visite vérifier si tout dort paisiblement ,stop. En attendant réveil en fanfare, bon voyage stop

Michèle a dit…

Bonne route STOP veillons sur vos fleurs STOP colorions les idées noires STOP demandons régulièrement des nouvelles à la lune STOP

Tania a dit…

Ce crépuscule ! Ce paysage bleu !
Vous dis "bon voyage" et surtout pas STOP.

D. Hasselmann a dit…

Ne stoppez pas sur la voie du retour, marquez pourtant les haltes aux carrefours, n'arrêtez pas de pénétrer de votre regard l'Histoire ne marche (arrière et avant), vérifiez que les feux de votre véhicule s'allument quand il faut, prenez les photos jamais en faute, les églises montent au ciel en votre absence, vous leur direz de redescendre bientôt, fortifié à nouveau par votre "stop and go".

Marie-Frédérique a dit…

Découvre Mo(t)saïques "par hasard", et suis tellement esbaudie que n'en puis décoller...

Marie-Frédérique a dit…

Découvre Mo(t)saïques par "hasard" et suis tellement esbaudie que ne peux refermer la page...

JEA a dit…

@ Toutes et tous,

Quel paradoxe. Quand du fond d'un océan de pluie, je ne puis répondre individuellement, jamais autant de commentaires ne viennent fleurir ici...
Dans le Cher, la température se limitait à un 3 degrés vers 10h du matin. Vous retrouver si chaleureux sauve d'une glaciation peu rigolote.