DANS LA MARGE

et pas seulement par les (dis) grâces de la géographie et de l'histoire...

mardi 20 avril 2010

P. 270. Premier colloque sur la Shoah dans les Ardennes

.
Carton d'invitation (Lycée Saint-Rémi, Charlevilles-Mézières / DR).

Samedi 24 avril 2010
"Autour de la Shoah
dans les Ardennes"

Colloque au Lycée St-Rémi
6 place W. Churchill
Charleville-Mézières


Dans les enceintes scolaires, évoquer, sur base de documents et de témoignages, la Shoah dans les Ardennes, n'a pas toujours été du domaine des évidences ni des priorités. A titre personnel, je puis attester que jamais l'Inspection académique n'a estimé devoir répondre à mes courriers, de même que quelques directions d'établissements scolaires.
Par contre, d'autres ont élaboré des programmes et des réflexions de qualité. Ainsi le Lycée de Sévigné ou le Centre de Formation pour Apprentis. Mais sans établir de palmarès déplacé en la matière, deux professeurs du Lycée Saint-Rémi, MM Sabourin et Pigeot, mènent à vraiment long terme un travail de mémoire exceptionnel. Sous formes diverses et complémentaires : voyage à Auschwitz, publication, documents audio-visuels, conférences-débats en classes, participation active à une cérémonie de reconnaissance de Justes parmi les Nations - dont des Ardennais - à l'Assemblée nationale...
L'un professe l'histoire, l'autre les lettres, tous deux conjuguent leurs connaissances et leurs compétences pour que la Shoah ne soit plus présentée aux jeunes Ardennais comme un phénomène extérieur ou du moins marginal dans leur département (ce qui était encore le discours ambiant jusque dans les années 90).
Ce colloque représente donc un aboutissement de leurs efforts pour que l'histoire, toute l'histoire de l'occupation des Ardennes, englobe les formes diverses mais tout aussi meutrières qu'y présenta la Shoah. Mais le même colloque servira sans doute de point de départ pour de nouvelles vocations de chercheurs. Et peut-être pour des ouvertures d'archives familiales ou autres mais toutes susceptibles d'apporter des lumières nouvelles sur une période baignant dans tant de nuits et tant de brouillards.

Cette brève introduction serait incomplète sans une pensée envers Jacques Lévy qui créa et présida les Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (Ardennes).

Programme

13h45
Ouverture du colloque
Lecture 1 – Extraits des Notes de Zalmen Gradowski
Intervention du Directeur

14h
Communication 1 – La Shoah, de Berlin à Vichy. Un génocide singulier.
par P. Sabourin,15 mn

14h15
Communication 2 – Les déportations dans les Ardennes.
par Philippe Lecler, 20 mn
Lecture 2 – Chant du peuple juif assassiné d' Isaac Katznelson

14h40
Communication 3 – La W.O.L. dans les Ardennes
par Anne François,30 mn

15h10
Communication 4 – Déportation et sauvetage des travailleurs juifs de la W.O.L.
par Christine Dollard-Leplomb, 30 mn
Lecture 3 – Psaume de Paul Celan

15h45 – 16h
Questions et échanges avec le public.

________________________________

16 h 00 – 16 h 30 Pause
Projection des courts-métrages réalisés par l'option audio-visuel (F. Pigeot)

________________________________

Affiche du colloque (Lycée St-Rémi / DR).

Lecture 4 – Si c'est un homme de Primo Levi

16 h30
Communication 5 – Autour d'une lettre inédite de Sarah Guttman
par Marie-France Barbe et Sylvie Laverdine, 20 mn

16h50
Communication 6 – Le cas de la famille Cyminski
par Philippe Lecler, 20 mn

17h10
Communication 7 – 18 juillet 1942-5 juin 1944, le Judenlager des Mazures, antichambre de la mort avant Auschwitz
par Jean-Emile Andreux, 30 mn

17h40- 17h50

Questions et échanges avec le public.

17h50

Clôture du colloque

lecture 5 – Extrait de L'Imprescriptible de Vladimir Jankélévitch

18h

Lecture des noms des enfants juifs déportés des Ardennes.


Image symbole du Judenlager des Mazures. Les 288 internés juifs de ce camp de travail forcé provenaient tous d'Anvers et donc portaient l'étoile jaune obligatoire en Belgique avec la mention "JUDE" (Ph. JEA / DR).

12 commentaires:

brigetoun a dit…

souhaitons leur un grand succès

JEA a dit…

@ brigetoun

la fermeture du petit aérodrome de Charleville-Mézières est dans l'air depuis quelques années, c'est dire son activité déjà restreinte...
et ce n'est heureusement pas l'actualité volcanique qui risque d'aggraver la situation en privant cruellement le colloque de participants

D. Hasselmann a dit…

Voilà de la vraie pédagogie.

Vous figurez parmi les intervenants : c'est un gage de qualité de ce colloque, s'il en était besoin.

Souhait de belle réussite !

JEA a dit…

@ D. Hasselmann

Un enseignement ne se refermant pas sur lui-même, des professeurs ne donnant pas des cours univoques, des jeunes découvrant un passé des Ardennes souvent ignoré des parents et grands-parents... le tout sans pédanterie mais avec rigueur

MH a dit…

Beau programme, bonne chance JEA !

MARIE a dit…

Un colloque dont j'aurais aimé participé , mais bon c'est loin et surtout ma marche n'est pas encore au point :)
Je suis allée il y a quelques mois à une conférence de Réza au Mémorial de Caen !On ne sort pas indemne après avoir vu son exposition et surtout après l'avoir entendu. C'est un photographe d'une grande humilité . Ses photos sont empreintes d'une force spectaculaire . Il y a eu beaucoup d'échanges avec nous et a su répondre aux questions parfois embarrassantes .
J'ai acheté un de ses livres Insouciance et ce qui est étrange c'est qu'il a été publié avec le soutien du Conseil Général de Champagne Ardennes ... :o)

Douce journée ...

JEA a dit…

@ MH

Ma communication reposera principalement sur les mêmes documents que ceux présentés lors d'une journée d'étude à l'ULB...

JEA a dit…

@ Marie

tout d'abord des voeux sincères pour ce lent rétablissement qui n'en rend que toujours plus antipathique le verglas...
et pour qui lit votre commentaire, ce 4e de page d'"Insouciance" :
- "L'insouciance" est l'art de se balancer dans la vie comme sur une escarpolette, sans s'inquiéter du moment où la corde cassera." [Honoré de Balzac]. Elle est le choix de la liberté malgré tout, elle est vitale. Sur le toit du monde, en Afghanistan, au Rwanda ou en Egypte, les peuples sauvegardent ces instants d’insouciance. Elle est à la fois douce, choquante, parfois incompréhensible mais toujours merveilleuse pour soi. Les portraits de Reza deviennent des moments de grâce, des temps en suspension hors des conflits et des tourments de la vie."

Danièle Duteil a dit…

Quel programme riche en tous points ! Mes vives félicitations aux intervenants au nombre desquels vous êtes.

* Je note dans la réponse à Marie cette citation superbe, aux multiples résonances, sur la liberté "à la fois douce, choquante, parfois incompréhensible mais toujours merveilleuse pour soi".

Un de mes haïkus du jour :

averse au retour
son sac de toile sur la tête
elle songe à Platon

Danièle

JEA a dit…

@ Danièle Duteil

le soleil s'est perdu
dans ses détours
crépuscule
rideaux de velours

Danièle Duteil a dit…

JEA, le soleil ne se perd jamais...

JEA a dit…

@ Danièle Duteil

Sur votre île, dont acte.
Mais dans les forêts d'ici, je serais moins affirmatif.