DANS LA MARGE

et pas seulement par les (dis) grâces de la géographie et de l'histoire...

lundi 23 mars 2009

P. 91. Ardennes entre hiver et printemps.

Envol de Tourterelle émigrée de Turquie pour les Ardennes (Ph. : JEA/DR).


Succombant à une avalanche de demandes pressantes de lecteurs
(deux au moins, les huissiers peuvent vérifier),
suit une page « personnelle ».

A SC et ND.

La solitaire qui, plus au nord,
s’est suicidée aussi de crainte d’un hiver
digne de ses ancêtres
avait pressenti une très bonne saison
pour ce vitrier passant et repassant sur notre horizon
jamais d’aplomb :
« Qui veut mes glaces
glaces bizarre
ment biseautées
glaces sans fond ?
Qui apprivoiserait mes miroirs
miroirs à triples tiroirs ?
Qui remplacera ses fenêtres borgnes
voire même ses fenêtres aveugles ? »

Alourdis par leur carapace hiémale
et comme somnolants
car volant à l’économie
quelques rapaces rapiècent le ciel
qui partait en lambeaux nuageux.

Les prés ne rient pas encore
mais de premières jonquilles jouent
sous les dessins aux fusains des haies
celles qui tracent des lignes
de vie fugitive
et de mort définitive
sur les paumes des paysages
encore engourdis.

En ces moments de presque vérités
des livres jouent aux dés
nos nuits et leurs mares aux cauchemars
tant et tant que des étoiles en sont déroutées
qui en perdent leur voix lactée.


(Identifée par ma fille que je remercie) Epervier femelle festoyant seule (Ph. : JEA/DR).


4 commentaires:

noel a dit…

Que du bonheur pour débuter un matin frileux.
Tous ces petits cailloux qui parsèment ton jardin mériteraient à présent d'être parcourus par la tribu...
Un petit guide leur rendrait un estimé service.
Il ne te reste donc plus qu'à rassembler ces perles de vie au sein d'un livre enchanté. Non?

JEA a dit…

Dans les années 87, un éditeur ardennais (déjà) avait marqué son intérêt pour un recueil de poèmes mis en page sous Vézelay. Grosse tête peut-être, j'avais tenté Paris. Puis le manuscrit s'est perdu...

Anonyme a dit…

C'est tellement beau. Je ne peux pas mieux dire. Je note la page pour le relire et le relire encore.
Quel dommage que ce manuscrit dont question par ailleurs, fût perdu!
Moi aussi, grosse tête, j'ai un jour tenté Paris avec un roman d'amour. Le manuscrit m'a été renvoyé, et c'est l'amour qui s'est perdu.
Je pense que l'amour vaut mieux que tous les manuscrits.
Edith, l'"anonyme" que tu sais.

JEA a dit…

Sans doute Paris serait-elle soudainement métamorphosée en une immense forêt si tous les manuscrits venus s'échouer aux pieds indifférents de la Ville lumière, si tous ces manuscrits redevenaient feuilles, écorces, branches, bourgeons, sève et racines...
Avec tous mes bons souvenirs, Edith.