DANS LA MARGE

et pas seulement par les (dis) grâces de la géographie et de l'histoire...

vendredi 27 juin 2008

P. 4. Craonne

Au crépuscule du 23 juin, le ciel d'ici a semblé piquer un coup de folie.

(Photo : JEA, LNAJ)

Là, ce n'étaient plus les quelques pétards et fusées rouges que le soleil balance parfois, comme un gamin, avant d'être obligé de se mettre au lit pour la nuit. Ce 23 juin, tout versait dans la démesure.

Et puis, avec du retard à la compréhension, une évidence. Pour tenter de figer en photo ces moments incendiaires, il fallait se tourner, mais oui, vers... Craonne. Entre 100 et 200.000 morts côté français au sinistre Chemin des Dames en 1917. L'horizon offrait donc un funèbre lumières et son avec en sourdine "la" Chanson des mutineries. Alors interdite mais devenue inoubliable. Une légende (?) veut qu'un million de francs or et la démobilisation aient été promis pour tout qui en dénoncerait les auteurs. Raté...



  • Quand au bout d’huit jours, le r’pos terminé,
  • On va r’prendre les tranchées,
  • Notre place est si utile
  • Que sans nous on prend la pile.
  • Mais c’est bien fini, on en a assez,
  • Personn’ ne veut plus marcher,
  • Et le cœur bien gros, comm’ dans un sanglot
  • On dit adieu aux civ’lots.
  • Même sans tambour, même sans trompette,
  • On s’en va là haut en baissant la tête.

  • Refrain : Adieu la vie, adieu l’amour,
  • Adieu toutes les femmes.
  • C’est bien fini, c’est pour toujours,
  • De cette guerre infâme.
  • C’est à Craonne, sur le plateau,
  • Qu’on doit laisser sa peau
  • Car nous sommes tous condamnés
  • C'est nous les sacrifiés !
  • Huit jours de tranchées, huit jours de souffrance,
  • Pourtant on a l’espérance
  • Que ce soir viendra la r’lève
  • Que nous attendons sans trêve.
  • Soudain, dans la nuit et dans le silence,
  • On voit quelqu’un qui s’avance,
  • C’est un officier de chasseurs à pied,
  • Qui vient pour nous remplacer.
  • Doucement dans l’ombre, sous la pluie qui tombe
  • Les petits chasseurs vont chercher leurs tombes.
  • C’est malheureux d’voir sur les grands boul’vards
  • Tous ces gros qui font leur foire ;
  • Si pour eux la vie est rose,
  • Pour nous c’est pas la mêm’ chose.
  • Au lieu de s’cacher, tous ces embusqués,
  • F’raient mieux d’monter aux tranchées
  • Pour défendr’ leurs biens, car nous n’avons rien,
  • Nous autr’s, les pauvr’s purotins.
  • Tous les camarades sont enterrés là,
  • Pour défendr’ les biens de ces messieurs-là.
  • Refrain : Ceux qu’ont l’pognon, ceux-là r’viendront,
  • Car c’est pour eux qu’on crève.
  • Mais c’est fini, car les trouffions
  • Vont tous se mettre en grève.
  • Ce s’ra votre tour, messieurs les gros,
  • De monter sur l’plateau,
  • Car si vous voulez la guerre,
  • Payez-la de votre peau !

En avril 2007, pour le 90e anniversaire des assauts démentiels du Chemin des Dames, Jacques Tardi (en chemise rouge sur cette photo CRDI 14-18) a offert trois fusains à la Mairie de Craonne. Au centre : un mutiné, condamné à être fusillé. On allait voir ce qu'on allait voir car Pétain reprenait en main les troupes exangues, épuisées, écoeurées. Plus tard, c'est toute la France qui apprit à connaître la poigne du Maréchal.

Un clic : ici ... et vous entrez dans le portail consacré au Mémorial du Chemin des Dames.

A retenir : les 26 et 27 septembre, un colloque organisé par la Société d'Etudes Ardennaises : "L'Autre Résistance 1914-1918".

Au programme de ces travaux qui auront pour cadre le Musée Guerre et Paix en Ardennes (Novion-Porcien) :

- le 26 septembre : "Ecrire pour ne pas oublier", 4 communications dont celle de Marie-France Barbe, historienne à l'érudition humaniste qui nous est chère ;

- le 27 matin : "Les troupes allemandes au front et à l'arrière du front", 5 communications ;

- le 27 après-midi : "Figures de résistants, volonté de résister", 5 communications.

Informations et réservations (recommandées) : jpmarby@wanadoo.fr

1 commentaire:

Edith a dit…

Chouette !